Æ

Fondation

Henry Burris 

Ambassadeur de Bruyère

Henry pose avec un patient dans le gymnase de physiothérapieJe m’appelle Henry Burris. Vous me connaissez peut-être grâce à l’émission CTV Morning Live d’Ottawa. Comme vous le savez peut-être, je me suis récemment joint à Bruyère à titre de nouvel ambassadeur. C’est un réel privilège pour moi. Plus j’en apprends sur Bruyère, plus je veux aider. En tant que donateur de Bruyère, je sais que vous ressentez la même chose.

Je tiens à vous remercier sincèrement pour votre inlassable soutien à l’égard de Bruyère, ses patients et leurs familles. Les dons que vous avez faits dans le passé sont d’une valeur inestimable pour les services spécialisés offerts à Soins continus Bruyère. J’ai récemment été troublé d’apprendre que Bruyère est le deuxième plus important fournisseur de soins de santé de la région, après L’Hôpital d’Ottawa, et le plus important du genre au Canada, mais qu’il ne bénéficie ni d’une reconnaissance ni d’un soutien hors de l’ordinaire.

J’espère que, grâce à des personnes comme vous, nous aiderons Bruyère à être mieux compris, mieux reconnu et plus estimé pour les services qu’il offre à tant de gens dans notre région et au-delà. En tant qu’ancien quart-arrière, j’ai connu bien des hauts et des bas dans ma carrière. Mon équipe, tant sur le terrain qu’à l’extérieur, a eu une grande influence sur à bien des égards. Les formidables coéquipiers qui m’entouraient, ainsi que les meilleurs entraîneurs, un équipement et une technologie de premier ordre, m’ont permis de réussir; chaque victoire leur était attribuable. C’est quelque chose que Bruyère comprend, c’est en équipe que nous avons le plus grand impact, soutenus par des outils à la fine pointe de la technologie, dans un environnement des plus modernes. C’est ce que votre soutien envers Bruyère nous aidera à réaliser. Nous voulons nous assurer que la meilleure équipe et les meilleures installations sont en place, pour vous et vos proches, lorsque vous avez besoin de Bruyère.

Henry pointe à l'affiche de la campagne changer des viesJe vous encourage à vous joindre à moi à l’occasion de la 14e Journée Bruyère, qui aura lieu le jeudi 24 mai 2018. Réglez votre radio à la station 580 CFRA et votre téléviseur sur CTV Ottawa pour entendre d’incroyables témoignages de patients et combien votre soutien fait une différence dans notre communauté.

Les infirmières, les médecins, les bénévoles et les autres membres de l’équipe de Bruyère nous donnent tant. Le plus grand cadeau qu’ils nous offrent, à nos proches, à nos amis et à nos voisins, c’est du temps; du temps pour récupérer, du temps pour recouvrer la santé et du temps pour faire toutes les choses merveilleuses que nous tenions pour acquises avant de vivre un problème de santé. Les autres hôpitaux de la région vous sauvent la vie, Bruyère vous redonne votre qualité de vie, vous aide à vous rétablir et à aller de l’avant avec vos proches.

Photo professionelle de Henry en habitQuand on vit à Ottawa, deux choses sont certaines : on devient très reconnaissant de vivre dans une ville aussi merveilleuse et généreuse et, à un moment donné, on bénéficie des services de Bruyère. Bruyère est là pour nous tous! Nous devons être là pour Bruyère.

Grâce à votre générosité, des miracles se produisent tous les jours dans les différentes unités et programmes de Bruyère. Ils se produisent en réadaptation pour les victimes d’AVC, à l’Institut de recherche Bruyère, au Village Bruyère à Orléans et à l’Hôpital Saint-Vincent. Ces miracles se produisent grâce à vous!

J’ai eu le plaisir de rencontrer un homme merveilleux nommé Heinz qui venait de terminer un programme de réadaptation de dix semaines en consultation externe chez Bruyère. À 86 ans, Heinz déborde de vitalité! Il attribue à Bruyère le mérite de lui avoir redonné la vie. Je suis très honoré de rencontrer et de connaître des gens merveilleux qui, comme Heinz, ont reçu l’aide de Bruyère. La gentillesse et la compassion qui entourent les soins offerts à Bruyère prennent leur source dans notre collectivité depuis 173 ans. Peu d’entre nous connaissent l’histoire de cette jeune femme remarquable du nom d’Élisabeth Bruyère. Le 14 avril, le Vatican annonçait que la mère Élisabeth Bruyère a franchi une autre étape vers la sainteté. Avec huit autres personnes du monde entier, elle a été déclarée « vénérable » par le pape François.

Contre toute attente, Élisabeth Bruyère, âgée de 26 ans, arriva à Ottawa par une froide journée de février 1845. Femme dans un monde d’hommes, elle a entrepris de construire le premier hôpital, la première école et le premier orphelinat d’Ottawa, et elle y est parvenue! Le 24 mai, lorsque nous donnerons le coup d’envoi de la Journée Bruyère avec Bell Média, nous célébrerons tous ses incroyables exploits. Encore de nos jours, nous poursuivons sa quête, en veillant à ce que la gentillesse et les soins empreints de compassion de la mère Bruyère persistent pour les générations à venir. Merci de nous aider à faire en sorte que son héritage continue de briller de mille feux.

Au moment d’écrire cette lettre, le printemps se manifeste enfin dans ce qui a été l’un des hivers les plus froids et les plus longs d’Ottawa. Ces journées froides s’effaceront bientôt de notre mémoire, car nous avons hâte de profiter de journées plus chaudes avec notre famille et nos amis.
J’aime le printemps; c’est une période tellement propice au renouveau. Le Canada prend vie au printemps!

Comme vous le savez, ma famille et moi avons vécu dans de nombreuses villes de ce grand pays. Pour nous, Ottawa est unique en son genre. Ma famille est si heureuse d’y avoir élu domicile. Ce printemps, j’ai hâte de passer plus de temps avec ma famille, puisque j’ai quitté ma carrière de footballeur. Ma femme, Nicole, a beaucoup de projets pour moi; ma liste de choses à faire est assez longue. Je lui dois tellement; elle est, pour moi et nos deux fils, le pilier de notre famille. Notre famille a hâte de vivre des moments inoubliables cet été, y compris de passer du temps ensemble en faisant notre part pour aider d’autres gens de notre région et de Bruyère.
  
Le regretté Leonard Nimoy a dit : « Plus on partage, plus on possède. Voilà le miracle. » Il avait raison! Chaque fois que Nicole et moi, ainsi que notre famille, donnons de nous-mêmes en temps ou en ressources, nous en recevons toujours beaucoup plus. C’est une loi incontestable de l’Univers.
Les infirmières, les médecins, le personnel et les bénévoles de Bruyère se donnent corps et âmes à leurs patients et aux familles. Ils aiment leur travail parce que tout ce qu’ils font leur revient. La Journée Bruyère donne l’occasion à la communauté de donner en retour.

Donner, c’est vraiment se donner la chance de recevoir. Merci d’avoir pris le temps de lire cette lettre; c’est mon cœur qui parle au vôtre en cette occasion et dans cette demande que je prends très au sérieux. Merci de votre soutien constant envers Bruyère!

Cordialement,

Henry Burris
Coprésentateur de CTV Morning Live
Champion quart-arrière pour le Rouge et Noir d’Ottawa